Archives de Tag: HAAC

#4CentMilleGate : Pour corruption massive de journalistes, Pitang Tchalla doit démissionner

Ce n’est un secret pour personne que le pouvoir des Gnassingbé achète, à coup de billets de banque, le silence les journalistes au Togo. La dernière tentative a mal tourné. Scandale !

pitangLe président de l’organe de régulation des médias du Togo, Pitang Tchalla, a distribué de l’argent frais, venu de la Présidence de la République, à des dizaines de journalistes.   Lire la suite

Publicités

Le SAINTJOP remercie pour le soutien à Younglove et réaffirme son engagement

Une mascotte réalisée par les organisations de presse togolaises à l'occasion de l'agression du journaliste Youngloge E. Amavi

Une mascotte réalisée par les organisations de presse togolaises à l’occasion de l’agression du journaliste Youngloge E. Amavi

A l’occasion du 03 mai Journée Mondiale de la Liberté de Presse, Le Syndicat des Agents de l’Information, Techniciens et Journalistes des Organes Publics  (S.A.IN.T.J.O.P) et la famille de Younglove Egbeboua Amavi, journaliste togolais, gravement atteint au visage par un projectile des forces de l’ordre lors d’un sit-in des jounalistes à Lomé  tiennent à remercier tous ceux qui ont contribué à la prise en charge du confrère. Malgré tout, le SAINTJOP dit rester « inébranlable et inflexible quant à la lutte pour la sauvegarde et la garantie de la liberté de la presse sur la Terre de Nos Aïeux ». Lire la suite

Six organisations de presse au Togo s’opposent à un projet liberticide du gouvernement et annoncent un sit-in

La liberté de presse menacée au Togo

La liberté de presse menacée au Togo

Nouveau bras de fer fumant autour de la liberté de presse au Togo. Face à un projet du gouvernement tendant à modifier une loi organisant le fonctionnement de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC), les organisations de presse opposent une ferme résistance.  Pour une première fois dans l’histoire de la presse du pays, six organisations du pays ont signé une déclaration conjointe pour dénoncer l’entreprise jugée liberticide. D’autres actions sont prévues avant mardi, date à laquelle le projet est supposé être voté à l’Assemblée. La presse est sur le pied de guerre. Lire la suite