Archives de Catégorie: Réligion

Le père Pierre Marie Chanel AFFOGNON d’Aného écrit à Faure Gnassingbé et dénonce « un pays qui tue pour un « oui » ou un « non » ses fils ou filles »

Il est vrai que le silence des hommes réligieux est parfois synonyme de complicité, vu leur rôle dans la société. D'autres devront lui emboîter le pas.

Il est vrai que le silence des hommes réligieux est parfois synonyme de complicité, vu leur rôle dans la société. D’autres devront lui emboîter le pas (Photo Pa-l’Union.)

Depuis l’annonce du décès des deux enfants, il semble être le premier réligieux à s’être exprimé publiquement sur le sujet. Dans une correspondance adressée à Faure Gnassingbé, on sent que le père Pierre Marie Chanel AFFOGNON, Directeur Diocésain de l’Enseignement catholique à Aného, est profondément touché par le drame des deux enfants tués dans le Nord du pays. Il parle « de fait horrible, grave, inhumain, intolérable et indigne des valeurs traditionnelles et chrétiennes » qui l’oblige à adresser cette lettre ouverte. Montre-t-il la voie à d’autres réligieux ou  même à sa propre hiérarchie? Wait and see! Lecture! Lire la suite

Publicités

Une affaire de sorcellerie secoue l’église des Assemblées de Dieu du Togo

Une femme se présentant comme sorcière convertie a fait sensation ce dimanche matin en citant, en plein culte, des noms de responsables d’églises des Assemblées de Dieu du Togo comme des sorciers…beaucoup de personnes tuées.

Quelques jours avant la sortie publique de l’ex-sorcière, le révérend Djakouti Mitré (photo) l’a écoutée pendant trois heures de temps, en compagnie d’autre collègues pasteurs.

Le culte était particulièrement solennel de dimanche 19 août à l’église des Assemblées de Dieu située dans l’enceinte de la Faculté théologique des Assemblées de Dieu (FATAD, Ex-ESTAO), au quartier Atikoumé à Lomé. Pas de prédication aujourd’hui. Mais en lieu et place, un témoignage d’une fidèle, la quarantaine environ, qui se présente comme une sorcière convertie très récemment.

Tout de blanc vêtue, madame Keteouli puisque c’est d’elle qu’il s’agit, a raconté pendant plus demi heure une partie de l’histoire de sa vie. Elle déclare avoir été initiée à la sorcellerie par sa maman, dès son enfance. Elle confesse même avoir fait beaucoup de victimes, entendez avoir « tué beaucoup » de personnes dont le sang servait à des sacrifices…

Et voici là où son témoignage devient plus pathétique. A la recherche de délivrance, elle dit avoir fait le tour de plusieurs églises dont des Assemblées de Dieu (AD). Particulièrement elle s’arrête sur le cas du « Temple de Calvaire », l’église-siège, située dans le plus grand centre commercial de la capitale togolaise où sert le président national de ladite église qui par ailleurs exerce des responsabilités sous-régionales et continentales, le pasteur Mitré Djakouti.

« Au temple du Calvaire, il y a  beaucoup de choses du monde là-bas. J’y ai rencontré d’autres sorcières et on opérait ensemble », a-t-elle avancé, avant de commencer par citer des noms de responsables de cette paroisse avec qui elle opérait dans la sorcellerie et qui ne semblent pas encore avoir abandonné cette pratique. Elle donne des noms de diacres (responsables) qui  dont certains sont devenus pasteurs en dehors de cette église. Pour des raisons personnelles, nous préférons ne pas dévoiler les noms de personnes citées.

Elle cite par exemple le nom d’une interprète d’un pasteur qui intervient sur la « Radio de l’Evangile » (chaîne chrétienne appartenant aux AD) et d’une autre femme qui intervient sur la même radio.  Elle indexe également un ancien responsable de la même église qui organise depuis plusieurs mois (voire années) des séances de prières dans les locaux du siège de la Confédération nationale des Travailleurs du Togo (CNTT). Un ancien responsable de jeunesse aussi fait partie du cercle, selon elle. « Quand je suis arrivé au Temple du Calvaire, ils m’ont accueilli et demander d’opérer avec eux », a-t-elle déclaré.

Par ailleurs elle avoue avoir partagé sa vie avec d’ « innombrables » hommes dont un particulièrement a continué à coucher avec elle jusqu’en juillet dernier malgré qu’il soit devenu entre-temps marié et pasteur.

Elle accuse également son mari d’être également sorcier et d’avoir été suscité par sa propre maman pour se positionner sur son chemin.

Mme Ketouli n’épargne pas l’ESTAO. Elle est convaincu qu ‘ « il y a d’autres qui sont ici, dans cette chapelle » ; ce que confirme le pasteur principal des lieux, Jean Bandé. « Quand elle dit qu’il y en a qui sont encore ici, ce n’est pas quelque chose de nouveau pour nous ; on le sait, seulement on ne veut pas donner des noms », appuie M. Bandé.

La désormais ex-sorcière a dû passer par des séances de prière aux cours desquelles du sang a coulé de la partie inférieur de son œil, pendant toute une heure.

Aujourd’hui, celle dont l’œil gauche était celui d’un hiboux et l’œil droit celui d’un caméléon estime être « libre, prête à servir Dieu corps et âme ».  Redevenue véritable sœur en christ, en entendant diverses réactions des accusés. En voilà une de ces affaires qui ne manque pas d’être riche en rebondissements, physiques ou métaphysiques (spirituels).