Archives de Catégorie: Inter

Gambie : Arrêter la « Jammehpathie » avant qu’elle ne devienne épidémique !

president-yahya-jammeh-acting-tough

Les chercheurs en médecine devront commencer par étudier sérieusement la maladie dont souffre le sieur Yahya Jammeh de la Gambie. Alors que tout le monde croyait les jours de la pathologie dont il souffre comptés, l’homme refuse de guérir et sort un autre coup qui confirme d’ailleurs son état de psychopathe.

ENFIN, avons-nous tous crié, lorsque, non par générosité ni par sagesse, le bouffon de Banjul a décidé de reconnaitre sa défaite à l’issue d’une « élection à billes ». Non par sagesse ni par générosité, parce que le pouvoir gambien n’est pas son champs de mil pour que, en le cédant, il en devienne un « papa bonheur », un héros. Lorsque dans une république, on est battu à l’issue d’une élection, on s’en va. POINT ! Sans se faire prier. Lire la suite

Publicités

La jeunesse francophone s’indigne et demande un passeport communautaire


 A l’ouverture du premier forum mondial de la langue française, tenu du 02 au 06 juin dernier à Québec au Canada, le Secrétaire Général de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Abdou Diouf, exhortait le monde francophone à s’indigner face au dictat des autres langues superpuissantes (l’anglais en premier). A l’issue de cette première rencontre du genre, les jeunes ont sorti une déclaration dans laquelle ils « s’indignent » et réclament une série d’actions des politiques, dont la mise en place d’un passeport francophone libre, égalitaire et fraternelle. Lecture !

 

FORUM MONDIAL DE LA LANGUE FRANÇAISE

QUEBEC 2012

DÉCLARATION DES JEUNES FRANCOPHONES ET FRANCOPHILES

Réponse à l’appel lancé par Son Excellence Monsieur Abdou Diouf, Secrétaire Général de l’Organisation Internationale de la Francophonie

À toutes les personnes ayant en commun l’usage, la connaissance ou l’amour de la langue française ;

Aux Chefs d’Etat et de gouvernement des pays ayant le français en partage ;

Avec l’intime conviction de représenter la jeunesse francophone et francophile mondiale, nous, forces émergentes réunies à Québec à l’occasion du premier Forum mondial de la langue française, aspirons à une fraternité francophone tangible et durable.

Dans cette optique, nous vous présentons le sens que recèle pour nous l’avenir en français.

Conscients des enjeux socioculturels, économiques et géopolitiques contemporains, nous ressentons la responsabilité d’ajouter nos voix à celles qui revendiquent déjà l’attention des instances nationales et internationales sur les quatre (4) défis suivants qui nous préoccupent :

1) Libre circulation dans l’espace francophone ;

2) Education et formation en Français ;

3) Francisation et « francophilisation » de l’univers numérique ;

4) Diversité culturelle.

1)     Libre circulation dans l’espace francophone 

Dans le but de favoriser la coopération décentralisée entre les oasis de la langue française du monde entier, nous soutenons la nécessité de mettre en place un passeport francophone opérationnel qui favorise d’une part, la circulation des personnes et, d’autre part, qui légitime l’identification des francophones et francophiles à la francophonie mondiale qui se veut libre, égalitaire et fraternelle.

2)     Education et formation en Français

 Convaincus qu’une langue n’est apprise que si elle est utile pour l’élaboration du savoir et la transmission des connaissances, il est capital que celles et ceux qui ont les moyens acceptent de soutenir humainement, techniquement et financièrement la formation, la recherche, la traduction d’œuvres et le développement d’opportunités professionnelles dans l’espace francophone.

3)     Francisation et « francophilisation » de l’univers numérique

Ayant la certitude que les potentialités de l’univers virtuel ne sont pas encore exploitées à leur pleine capacité par la francophonie, alors que seulement 5% du contenu numérique se présente en français, il est impératif qu’un effort supplémentaire soit fait par tous les acteurs afin de rattraper ce retard.  Il importe donc de « francophiliser » la toile.

4)     Diversité culturelle

 Dans le contexte d’une mondialisation orientée vers l’hégémonie de l’unilinguisme, il est culturellement légitime d’exiger de la francophonie prudence et réserve afin que la langue française n’apparaisse comme une langue d’invasion. D’où l’importance pour la francophonie de considérer la diversité culturelle comme valeur ajoutée à toutes les civilisations et l’interculturalité comme carrefour identitaire où chacun enrichit de son expérience personnelle la réalité de l’autre, sans la dénigrer.

Enfin, soucieux de maintenir la proximité engendrée par le Forum mondial de la langue française, les jeunes annoncent leur ferme intention de poursuivre leur engagement pour la protection et la promotion de la francophonie dans un esprit de solidarité.

Nous nous engageons à assister la Francophonie à travers un comité pour le suivi et la mise en œuvre des recommandations de Québec 2012.

Pour la jeunesse francophone et francophile, le silence n’est pas une option.

Québec, le 6 juillet 2012

LIBYE: ISLAM TOMBE, DES LEÇONS POUR KARIM

Aux côtés de son défunt père, il traitait ses concitoyens de rats. « Qu’ils nous attendent, on arrive » lançait-il à la population de Benghazi, il y a encore quelques mois. Le voici désormais dans les filets. Fin de cavale pour celui que le clan Khadafi predestinait au trône du « roi des des rois » d’Afrique.

On le croyait plus fort, plus roi, plus lion que ça. La capture de son géniteur avait certainement donné quelques sueurs froides à beaucoup de Chef d’Etat qui se considèrent « Dieu donné » pour leur pays, et qui n’osent pas rêver à leur vie après le pouvoir.

La capture de Seif al-Islam Khadafi , à la réputation sulfureuse, doit faire reflechir tous ces princes dont les géniteurs ont confisqué le pouvoir et qui espère en hériter. On sait qu’au Senegal, la tentation est grande, très grande. Mais le cas lybiens doit dissuader les Wade.

Comment oublier ceux qui ont hérité du pouvoir dans des conditions qu’on connait au Togo, au Gabon, au Congo, etc. Eux aussi doivent chercher à acquérir une véritable légitimité, celle que confèrent des élections justes, équitables, transparentes, sans fraude.  Le sort de Islam n’est toujours pas  loin.

Maxime DOMEGNI

Khadafi est tombé, et après?

Le clan Khadafi est actuellement décapité par la ballionnette occidentale en appui à la détermination des Libyens. Seulement, l’après Khadafi risque d’être plus catastrophique. En tout cas si l’on y prend garde. Le CNT est averti.